Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

(AOF) – Valneva a conclu un accord avec le gouvernement du Royaume-Uni (“HMG”) concernant la résiliation de l’accord de fourniture de son candidat vaccin contre le Covid-19 (VLA2001). « L’accord de règlement à l’amiable résout certains points relatifs aux obligations de Valneva et de HMG suite à la résiliation de l’accord de fourniture et en clarifie également d’autres figurant dans l’accord relatif aux essais cliniques de VLA2001 au Royaume-Uni, qui lui reste en vigueur », a expliqué la biotech.
La société ajoute qu’elle ” conserve certaines obligations en vertu des dispositions du contrat de fourniture qui survivent à sa résiliation “.
Pour rappel, Valneva avait annoncé, le 13 septembre dernier, avoir reçu un avis de résiliation de la part du gouvernement britannique. Cette résiliation, que Valneva a accepté sur la base de l’exercice par le gouvernement britannique de son droit discrétionnaire de résilier l’accord pour des raisons de commodité, est entrée en vigueur le 10 octobre dernier.
AOF – EN SAVOIR PLUS
Points clés
– Spécialiste du développement de vaccins prophylactiques contre les maladies infectieuses aux options thérapeutiques limitées ;
– Chiffre d’affaires de 348 M€ Md€ tirés de l’Europe pour 56 %, devant les Amérique (27 %), puis l’Asie-Océanie (9 %) et l’Afrique-Moyen-Orient (8 %) ;
– Modèle d’affaires : portefeuille de vaccins diversifiés pour large public, financement des développements cliniques par une infrastructure spécialisée, 2 vaccins commerciaux (Ixiaro et Dukoral contre l’encéphalite japonaise et le choléra) et des droits de distribution de vaccins pour des tiers ;
– Capital détenu à 13,02 % par le groupe Grimaud la Corbière et 8,19 % par BPI France, Frédéric Grimaud présidant le conseil de surveillance de 5 membres et Thamas Lingelbach le directoire ;
– Bilan solide avec 307 M€ de capitaux propres face à 42 M€ de dettes, renforcé par une trésorerie nette de près de 350 M€ en avril 2022.
Enjeux
– Stratégie de moyen terme fondée sur le financement de la R&D par les ventes des vaccins Ixiaro et Dukoral, d’extension du réseau de fabrication (3 sites, en Ecosse, Suède et Autriche) et de partenariats valorisant les actifs du groupe ;
– Stratégie d’innovation inhérente au modèle d’affaires, riche d’un portefeuille de 398 brevets et soutenue par 173 M€ de frais de R&D, avec 3 actifs principaux et 3 programmes précliniques : le seul vaccin en développement clinique contre la maladie de Lyme, le seul vaccin à injection unique contre le chikungunya, l’unique vaccin COVID-19 à virus entier inactivé et adjuvanté, candidats vaccins contre le metapneumovirus de l’homme, le parvovirus et le norovirus ;
– Stratégie environnementale : efficacité énergétique, minimisation des déchets, utilisation optimale de l’eau et réduction de 5 %, vs 2016, des émissions de CO2 d’ici 2025 ;
– Bonne visibilité de l’activité grâce aux accords sur les vaccins avec : le gouvernement britannique (commandes de 100 millions de doses vaccins anti-Covid et options sur 190 millions d’ici 2025, soit 1,4 Md€ au total), avec Pfizer pour co-développer et vendre celui contre la maladie de Lyme (308 M$), avec les autorités américaines pour Ixiario contre l’encéphalite japonaise (70 M$), avec Bavarian Nordic pour le marketing et la distribution de vaccins spécialisés, avec Batavia Biosciences pour développer un vaccin peu coûteux contre la polio, avec l’institut Butantan contre le chikingunya pour pays à faible revenu..
Défis
– En 2022, lancement des essais de phase 3 pour le vaccin contre la maladie de Lyme et attente du visa de l’autorité américaine à la vente du vaccin contre le chikingunya et de celle de l’Union européenne pour le Covid 19 (60 millions de doses) ;
– Sensibilité aux voyages des ventes de vaccins déjà commercialisés (contre l’encéphalite japonaise et le choléra) ;
– Incertitudes sur le succès commercial du vaccin contre le Covid 19 au Royaume-Uni, compte tenu de la forte concurrence déjà installée ;
– Objectifs 2022 : hors vaccin contre la Covid, chiffre d’affaires entre 430 et 590 M€ et dépenses de R&D entre 65 et 75 M€.
L’oncologie soutient les performances des laboratoires
L’oncologie a généré 163 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2021 (sur un total pour l’industrie de 613 milliards), en hausse de 11,9 %, selon GlobalData. Sa croissance annuelle moyenne atteint 15,4 % sur les vingt dernières années. Ce segment, qui est de plus en plus compétitif, est dominé par quelques poids lourds tels que MSD (Merck & Co. Inc), Roche, BMS . L immuno-oncologie, la spécialité qui tire ce marché depuis dix ans, soutient la recherche. GlobalData estime que ce segment pourrait atteindre 180 milliards en 2026. Les grands acteurs cherchent à se renforcer sur ce créneau. Pfizer a acquis récemment la biotech ­canadienne Trillium Therapeutics pour 2,3 milliards de dollars. Suite à cette opération, le groupe américain met la main sur deux molécules prometteuses dans le traitement du cancer du sang.
Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 16/06/2022 à 08:14:00.
Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.
BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).
Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.
Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.
Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement
Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

source

Laisser un commentaire