menuRUBRIQUES
Suivez-nous :
|
Abdelkader Masnaoui s’est éteint dans la soirée du jeudi 7 octobre, à la suite de complications provoquées par le Covid. Une grande perte pour la profession, regrettent ses confrères et collègues.
Le 8 octobre 2021 à 17h55
Abdelkader Masnaoui s’est éteint dans la soirée du jeudi 7 octobre, à la suite de complications provoquées par le Covid. Une grande perte pour la profession, regrettent ses confrères et collègues.
Diplômé de la Faculté de droit de Rabat, feu Abdelkader Masnaoui a démarré très jeune dans le secteur du conseil et de l’audit, en intégrant Bank Al-Maghrib en 1964, en tant que chef de service.
En 1969, il quitte le Maroc pour poursuivre ses études à l’Université Bocconi de Milan, grâce à une bourse de Bank Al-Maghrib, et décroche son master en économie bancaire un an plus tard. En 1971, il rejoint le cabinet d’audit et de conseil Aubart-Paris 8e, en tant qu’expert-comptable stagiaire. Une expérience qu’il qualifie de « singulière » sur son réseau professionnel LinkedIn. En effet, sa période de stage en France a coïncidé avec la première harmonisation en profondeur de l’environnement français, avec les toutes naissantes normes européennes en matière de droit commercial et des sociétés, fiscalité, comptabilité et commissariat aux comptes.
En parallèle à son stage, Abdelkader Masnaoui prépare une maîtrise en droit des affaires à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, qu’il décroche en 1972.
Désireux de percer dans le secteur, il retourne au Maroc pour fonder le cabinet « Masnaoui », dont l’objectif est d’accompagner les entreprises à travers les politiques nationales de marocanisation, puis de privatisation, ainsi que l’État marocain pour la modernisation de l’environnement juridique, fiscal et financier. Une structure qu’il transforme, en 2011, en Mazars Maroc, une entité d’audit et de conseil basée sur un modèle coopératif intégré, qui occupe le premier rang en termes d’audience nationale, d’effectif et de chiffre d’affaires.
Il fonde par la suite l’Institut Masnaoui, qui se veut essentiellement une plateforme de diffusion de la connaissance et des pratiques entre professionnels, cadres et dirigeants, autour de l’économie, de la gestion d’entreprise et de sa gouvernance.
« Abdelkader Masnaoui a contribué à l’émergence de la profession d’expert-comptable au Maroc »
Rachid Seddik Sghir, l’un de ses confrères, joint par nos soins, se dit « très profondément touché par le décès de M. Masnaoui. J’ai eu la chance de commencer mon stage professionnel avec lui. Il m’a beaucoup appris, notamment la démarche de réflexion et de rédaction. Nous avons lancé ensemble plusieurs publications dans le secteur, notamment le bulletin d’informations périodiques, dont j’étais en charge en 1990 ».
« Il y a environ trois semaines, on a longuement discuté au téléphone autour d’un projet de rédaction qu’on prévoyait de lancer ensemble. J’ai donc un goût d’inachevé. A présent je devrais le préparer avec d’autres personnes, en sa mémoire. »
« Feu Masnaoui était quelqu’un de très humain et de perspicace, qui m’a profondément marqué tant sur le plan personnel que professionnel. Je me sens formaté à sa manière et je lui en suis reconnaissant. C’est une icône du secteur de l’audit et du conseil qui s’est éteinte, et qui mérite tous les éloges. C’est une école qui a formé énormément d’experts comptables, et qui a contribué à l’émergence de cette profession au Maroc, » témoigne Rachid Seddik Sghir.
« Il a également participé à de nombreux grands chantiers du pays, notamment l’élaboration du plan comptable marocain, la restructuration de la profession d’expert-comptable dans les années 1990, la création du cycle marocain d’expertise-comptable, ainsi que les réformes des SA, des SARL, et du code de commerce. »
En effet, le défunt était membre du Conseil national de la comptabilité, président de la Commission juridique et fiscale et ancien membre permanent du Comité de rédaction du Code général de normalisation comptable. Il était aussi membre du Conseil national et membre fondateur de l’Ordre des experts comptables (OEC).
Feu Masnaoui était par ailleurs un acteur actif de la société civile à travers les associations Dar Ouazzane pour le développement et la culture, et Prologue.
Dans un témoignage sur les réseaux sociaux, la société Mazars se dit « profondément attristée du décès du père fondateur du cabinet au Maroc, Abdelkader Masnaoui. Pionnier, avant-gardiste et visionnaire, il a contribué à l’évolution de notre profession et à revaloriser notre métier. Il en est un pilier, une référence. Il a participé à la création du cycle marocain d’expertise-comptable et contribué à développer la production intellectuelle en produisant des ouvrages et des références en la matière, comme le Mémento comptable (…). Doté de qualités humaines et professionnelles exceptionnelles, M. Masnaoui a participé à la transformation de plusieurs entreprises à travers l’accompagnement de leurs dirigeants dans l’adoption de visions, de stratégies, de modes de gouvernance et de management innovants, dans un cadre de référence bâti sur des valeurs spécifiques à chaque entité, et orienté performance durable ».
« Mentor et parrain pour les uns, un second père pour d’autres, il était juste, était toujours de bon conseil et encourageait les équipes pour atteindre les plus hauts niveaux. Passionné par son métier, il savait s’entourer des bons profils et n’hésitait pas à les responsabiliser assez tôt et à leur donner des chances d’évoluer. Il a marqué et formé des générations de managers qui continueront à lui être redevables. »
L’équipe de Médias24 présente ses condoléances les plus attristées à la famille et aux proches du défunt. Puisse Dieu l’avoir en Sa sainte miséricorde.
Le 8 octobre 2021 à 17h55
Entre la première et la deuxième quinzaine de juin, les cours internationaux ont flambé, engendrant une hausse estimée à 2,11 DH/l pour le gasoil et à 1,37 DH/l pour l’essence. Elle sera répercutée par les distributeurs en fonction de leur stratégie propre. Mais d’après le constat effectué par Médias24, tous l’ont anticipée en opérant des hausses avant le 15 juin.
Le gouvernement tablait sur 16 MMDH en 2022 pour les dépenses de compensation, il en prévoit désormais près de 33 MMDH à cause de l’envolée des cours internationaux. Il se voit obligé d’ouvrir de nouveaux crédits pour combler le gap. Explications.
Le groupe autrichien inaugure sa nouvelle filiale, Engel Maghreb, dans la ville de Tanger.
Quatorze conventions ont été signées, le mardi 14 juin à Rabat, entre le ministère du Tourisme, de l’artisanat, de l’économie sociale et solidaire, la Maison de l’Artisan et les partenaires institutionnels et professionnels. L’objectif est de lancer un nouveau cadre contractuel “plus complet”.
L’an dernier, l’actif net total des OPCVM a progressé de 13,3% par rapport à 2020, et de 159% depuis 2011. Plus de la moitié se trouve dans des fonds obligations MLT. Les levées de capitaux, quant à elles, ont accusé un recul de près de 21% à 63 MMDH par rapport à 2020.
Les appels à la grève coïncident avec le programme estival, laissant présager une perturbation des vols programmés par la compagnie irlandaise aérienne à bas prix.
Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24
Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.
Abonnez-vous à la newsletter
Tous droits réservés © 2018 – Medias24.

source

Laisser un commentaire