menuRUBRIQUES
Suivez-nous :
|
|
Expert en logistique et transport
Le 24 mars 2022 à 12h50
Fin connaisseur du secteur du transport, Mohamed Reda Michbal était directeur au sein de plusieurs compagnies de transport et de logistique. Il démontre ici, chiffres à l’appui, que la hausse du prix du gasoil n’est pas la principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires. Subventionner donc les transporteurs reviendrait à jeter de l’argent par la fenêtre, sans résoudre la problématique de fond qui est plus structurelle.
Pour faire face à la hausse des prix du gasoil et éviter leur impact sur le prix des produits alimentaires, le gouvernement vient de mettre en place un mécanisme de subvention qui cible directement les professionnels du transport de marchandise.
L’enveloppe totale dédiée à cette subvention, qui englobe également le transport de personnes, est évaluée à 2 milliards de DH, selon les annonces du wali de Bank Al Maghrib, faite après le Conseil de la banque centrale tenu mardi 22 mars. Un montant dont le plus gros bénéficiera, selon les premiers détails annoncés par le ministère du Transport, aux transporteurs de marchandises.
Alors que cette décision semble être saluée par de nombreux acteurs économiques et politiques, d’autres pensent que cette mesure décidée et choisie par le gouvernement est de nature à promouvoir la culture de l’assistanat des entreprises marocaines. Elles contreviennent, en tout cas, aux règles basiques d’un marché libéral, choix stratégique du Maroc, depuis l’indépendance et culture ancrée dans l’histoire et le comportement du peuple marocain à travers les siècles.
Pour précision, cette aide ne ressemble en rien à celle actée en 2020, au moment de la première vague du Covid où l’économie s’est arrêtée brusquement et les citoyens étaient obligés d’être confinés. Aujourd’hui l’économie est en marche, elle obéit tout simplement à la fameuse règle de l’offre et de la demande et finira par se réguler d’une manière ou d’une autre, ce n’est qu’une question de temps.
Outre ce principe de base que le gouvernement a bafoué, en mettant sa « main » directement dans un marché du Transport, libre et concurrentiel, l’intervention de l’Etat, à travers cette aide directe, semble ne pas être basée sur une analyse pertinente de la situation et, notamment, de la cause de la hausse des produits alimentaires et autres produits de première nécessité.
La hausse des prix des produits alimentaires et autres a été d’abord observée, bien avant, la crise ukrainienne et bien avant la hausse des prix du gasoil, pour de multiples facteurs liés, principalement, au chamboulement des chaînes logistiques d’approvisionnement, au niveau mondial et à une hausse inattendue de la demande mondiale face à une offre insuffisante. Puis sont intervenus les éléments d’ordre géopolitique, avec ce que l’on appelle, désormais, la crise ukrainienne qui a éclaté le 24 février.
Des milliards de subventions pour couvrir quelques centimes de hausse des prix…
L’impact de ces facteurs exogènes sur les prix des matières reste, de loin, plus significatif que l’impact de la récente hausse des prix de carburant qui ne devrait pas dépasser en principe 0,015 dirhams au kilo tel qu’illustré dans le tableau ci-dessous, reprenant l’exemple d’un camion transportant 25 tonnes de produits alimentaires de Agadir à Casablanca, un camion de consommation moyenne de 38l/100km.

Aujourd’hui le prix des tomates, par exemple, ont déjà augmenté de manière spectaculaire avoisinant les 12 dirhams au lieu des 4 dirhams habituels dans nos paniers. Ce n’est clairement pas les 0,015 dirhams du coût supplémentaire du gasoil au kilogramme qui posera problème aux ménages.
Les entreprises de transport n’ont qu’à augmenter les prix de prestation du transport mais de manière proportionnelle à la hausse du prix du gasoil. La seule intervention possible de l’État, dans ce schéma, serait un contrôle des prix
Cela nous fera économiser cette enveloppe de subventions qui se compte en milliards et qui pourrait être allouée, plutôt, à des aides directes aux ménages les plus démunies, pour faire face à cette hausse générale des prix pour des raisons autres que celle du prix du gasoil.
C’est cela l’Etat social, un Etat qui intervient de manière logique et chirurgicale au profit de ceux qui en ont le plus besoin. Et pas un Etat qui distribue des subventions aveugles à un secteur libre, des subventions comme le démontre bien le cas de notre camion Agadir-Casablanca ne servent absolument à rien.
La crise, une belle opportunité pour réformer le secteur en profondeur
Ce qui ne veut pas dire que le secteur du Transport n’a pas besoin d’un soutien étatique. Bien au contraire. Mais c’est la manière d’intervenir qui pose un problème. L’Etat pourrait par exemple saisir ce contexte pour lancer des politiques réformistes, avec un impact positif plus important, à moyen et à long termes; notamment en encourageant les transporteurs à renouveler leur parc qui est vétuste, consommant 8 à 10 litres en plus au 100 km par rapport aux nouveaux camions écologiques de normes Euro 6.
Cela peut passer par la réactivation avec plus d’énergie de la politique de réforme du parc amorcée par Karim Ghellab, lors de son mandat de ministre des Transports, en accordant des primes à la casse plus intéressantes et en négociant avec les banques des taux d’intérêts encourageants et des fonds de garanties pour accompagner l’investissement des transporteurs dans des équipements Eco friendly.
L’Etat pouvait, également, subventionner des solutions d’efficacité énergétique qui permettent de rationaliser et réduire la consommation de gasoil des camions d’au moins 10% et réduire, par la même occasion, l’empreinte carbone du secteur en cohérence avec les engagements écologiques du Royaume.
Au lieu de distribuer des subventions qui ne servent à rien, sauf à assécher encore plus le budget public, l’Etat pourrait également augmenter, ne serait-ce que temporellement, le tonnage à charger pour le faire passer à 30 tonnes au lieu des 25 tonnes actuelles pour diluer l’impact de la hausse des prix du gasoil au kilo transporté.
Les infrastructures routières sont aujourd’hui de meilleure qualité que par le passé et permettent, largement, l’application d’une telle mesure, sans pour autant avoir de grands impacts sur la sécurité routière.
Reprenant l’exemple du trajet cités ci-dessus pour apprécier l’impact de telles mesures sur les prix au kilogramme transporté :

Cette simulation montre que l’impact de la hausse des prix est maîtrisé à hauteur de 30%, en faisant baisser la consommation moyenne à 32% au lieu de 38% et en faisant augmenter la charge utile des camions à 30 tonnes.
Ceci tout en soutenant le secteur à devenir de plus en plus professionnel, avec des camions de plus en plus écologiques et une gestion rationnelle du centre de coût carburant, en adoptant des solutions innovantes visant à rationaliser et réduire la consommation de gasoil des camions.
De plus, ces mesures qui ne coûtent pas beaucoup à l’Etat, en tout cas moins que les 2 milliards de subventions actuels, auront un effet de levier sur toute l’économie du pays, en créant une dynamique dans plusieurs secteurs annexes notamment chez les concessionnaires, les équipementiers, les carrossiers, les banques, les sociétés de financement, les distributeurs de solutions d’efficacité énergétique… Et son impact macroéconomique sera beaucoup plus significatif que l’injection d’une aide directe aux transporteurs.
C’est ainsi que l’on souhaite voir intervenir notre État social, en mettant en œuvre des politiques réformistes et non en assistant les uns et les autres pour éteindre le feu politique…
Le 24 mars 2022 à 12h50
Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est félicité du revirement espagnol sur la question du Sahara marocain, indique ce jeudi 24 mars un communiqué publié à l’issue du Conseil de gouvernement.
En mai prochain, l’athlète marocain Karim Mosta entamera sa course à vélo au départ d’Amsterdam et à destination de Dakar. Durant ce périple sportif de deux mois et demi, il traversera sept pays.
Le Conseil de gouvernement a approuvé, ce jeudi 24 mars, deux nouvelles nominations à de hautes fonctions.
Atlas Sahara, pôle pétrolier du groupe Derhem Holding, a exprimé sa satisfaction quant à la lettre adressée au Roi Mohammed VI par le président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez, au sujet du Sahara marocain. 
L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption a signé un protocole d’accord avec l’Autorité de contrôle et de lutte contre la corruption d’Arabie saoudite.
Le gouvernement a décidé de prolonger la durée de validité de l’état d’urgence sanitaire, sur l’ensemble du territoire national, jusqu’au 30 avril 2022.
Les festivités célébrant Rabat, capitale de la culture dans le monde islamique au titre de l’année 2022, sont lancées ce jeudi 24 mars au théâtre Mohammed V à Rabat.
Un projet de jumelage entre le Maroc et l’Union Européenne a été lancé, mercredi 23 mars, pour l’appui et le renforcement des capacités de régulation du secteur postal national.
De fortes pluies localement orageuses, des chutes de neige et de fortes rafales de vent sont prévues le jeudi 24 et le vendredi 25 mars dans plusieurs provinces du Royaume.
Youssef Mouhyi et Hamza El Baroudi ont été élus, respectivement, aux postes de président et de vice-président régionaux de la section Marrakech-Safi de la Confédération générale des entreprises du Maroc.
A travers IQOS, Philip Morris International propose un système de tabac chauffé, une alternative sans fumée et sans combustion qui permet de réduire plus de 90% des produits chimiques nocifs générés par la combustion du tabac et responsable des maladies liées tabagisme ….
Comment gagner davantage en économie d’eau d’irrigation, même par rapport à la technique la plus économe de la micro-irrigation ? La solution provient du “Water Retainer”, un rétenteur d’eau mis au point en Hongrie et qui est en phase d’être commercialisé au Maroc. …
Batterie autonome deux semaines, évaluation de la qualité du sommeil, surveillance de la fréquence cardiaque et respiratoire, extrême précision du positionnement géographique… La Huawei Watch GT 3 n’en finit pas d’aligner ses atouts pour séduire ses futurs utilisateurs, qu’ils soient férus de sport ou de nature !…
Lys Immo vient d’annoncer la livraison de la première tranche de ses lots de terrains pour villas CityZen Bouskoura. La commercialisation avait été lancée en janvier 2021. La livraison de cette première tranche s’est soldée par la remise de l’ensemble des titres fonciers aux clients réservataires….
Lancée par Orange Maroc, Yoxo est une marque digitale conçue pour répondre aux besoins en télécommunication des clients mobiles les plus connectés et en quête d’illimité….
La livraison de la première phase de ce projet emblématique, destiné à devenir le cœur vibrant de Rabat, a débuté en juillet dernier. Les deux îlots qui en composent la première phase réunissent plus de 200 appartements au style chic et novateur….
Le secrétaire d’État Antony J. Blinken est attendu au Maroc dans le cadre d’une tournée qu’il effectuera du 26 au 30 mars et qu’il entamera par Israel. Il prévoit également de se rendre en Cisjordanie et en Algérie. C’est au Maroc qu’il rencontrera le Prince Héritier d’Abou Dhabi, Mohamed Ben Zayed.
Le HCP rebondit sur l’actualité et publie une note bienvenue qui fat le point sur l’inflation, son historique au Maroc, son évolution récente au Maroc et dans le monde et conclut que les perspectives de 2022 restent incertaines.
A l’approche de l’été, le transport maritime de passagers est toujours suspendu, et nul ne peut garantir que l’opération Marhaba aura bien lieu entre le 15 juin et le 15 septembre. Selon une source sûre, la visite du ministre espagnol des Affaires étrangères prévue le 1er avril prochain, ou celle de Pedro Sánchez, pourrait tout débloquer.
Selon les informations recueillies par Médias24, l’application du plan d’action élaboré avec le Groupe d’action financière se passe “normalement”. La mobilisation et la sensibilisation battent leur plein à l’approche de l’échéance, prévue fin septembre 2022.
Le programme Eco6 a permis à 75 projets de bénéficier d’un accompagnement qui accélère leur intégration à l’écosystème touristique, dans différentes destinations marocaines.
Huit conventions d’investissement ont été signées, ce jeudi 24 mars, par le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, avec les équipementiers automobiles internationaux Yazaki, Sumitomo, Lear, Stahlschmidt et TE Connectivity. D’un montant global de 1,7 milliard de dirhams, elles permettront de créer près de 12.000 emplois directs.
Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24
Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.
Abonnez-vous à la newsletter
Tous droits réservés © 2018 – Medias24.

source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :