Consulter
le journal
En visite au camp de migrants de Samos, Valérie Pécresse vante un « modèle » de « fermeté » et d’« humanité »
Primaire populaire : sept candidatures retenues, dont celles de Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot
Marine Le Pen, au Louvre, veut refermer « la parenthèse Macron »
Christiane Taubira annonce sa candidature à l’élection présidentielle
Rentrée morose dans l’hôtellerie-restauration
Réguler Google, Apple, Facebook, Amazon et les autres géants du numérique : les Etats-Unis vont-ils suivre la voie de l’Europe ?
Matières premières : « Le cobalt jette une ombre sur la voiture verte »
« Le contrôle des investissements étrangers peut constituer un frein à l’attractivité du territoire »
Pourquoi s’habiller pollue la planète
Mappemonde : que veut la Russie de Vladimir Poutine ?
La France pourrait-elle totalement se passer des engrais chimiques ?
Télescope James Webb : comment trouver de la vie dans l’Univers
Se préparer à vivre avec l’inflation
Election présidentielle 2022 : « Le débat public donne malheureusement encore aux sondages la valeur de l’oracle »
Joseph Stiglitz : « L’Allemagne doit accepter la levée des brevets sur les vaccins »
L’acharnement de la junte birmane contre Aung San Suu Kyi
Jean-Jacques Beineix : « Je jouais avec ma vie dans les films »
Anatole Leroy-Beaulieu, « Paroles de déportés » : la chronique « poches » de François Angelier
« Versailles, le palais retrouvé du Roi-Soleil », sur Arte, fait revivre le château de Louis XIV grâce à la 3D
Versailles, boxeur, serial killer… Les replays du week-end
A Avoriaz, l’ivresse des cimes
Jusqu’où ira Didier Raoult, l’idole des antivax qui s’accroche à son poste ?
S’aimer comme on se quitte : « Je pense que s’il m’aime bien, c’est qu’il ne m’aime plus »
Trois recettes pour cuisiner le litchi
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Le président Abdelmadjid Tebboune a fixé à trois mois le délai accordé « aux établissements et aux structures de l’Etat » pour se priver des énergies fossiles.
Par
Temps de Lecture 3 min.
Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».
L’Algérie va-t-elle amorcer sa transition énergétique à marche forcée ? Le 21 novembre, le président Abdelmadjid Tebboune a fixé à trois mois, pas un de plus, le délai accordé « aux établissements et aux structures de l’Etat » pour passer à l’énergie solaire. Les communes devront elles aussi sauter le pas pour l’éclairage public, y compris dans les zones montagneuses et isolées.
Avec 3 000 heures d’ensoleillement annuel moyen, la ressource ne manque pas. Seulement, elle n’est pas ou très peu exploitée : l’Algérie continue de produire 99 % de son électricité à partir du gaz tiré de ses sols. Une énergie fossile de plus en plus sollicitée pour satisfaire la demande intérieure, la consommation en énergie ayant bondi de 60 % entre 2011 et 2020, selon Noureddine Yassa, président du Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (Cerefe).
Pour pouvoir continuer à exporter sa production – les hydrocarbures (gaz naturel et pétrole brut) représentaient 91 % des exportations en 2020 et constituent toujours les principales recettes en devises du pays –, les autorités ont appelé à « rationaliser la consommation locale du gaz ». Mais l’alternative solaire est-elle viable ?
L’Algérie, qui s’est dotée d’un programme national des énergies renouvelables (ENR) en 2011, reste loin de ses objectifs. « Le gaspillage menace la durée de vie des réserves d’énergies fossiles restantes et c’est certainement la prise de conscience de cette situation qui impose la nécessité d’accélérer la transition énergétique. Mais le programme national pour l’échéance 2030 prévoyait 22 000 mégawatts de capacité en ENR [dont 10 000 MW destinés à l’export]. Le bilan, à savoir moins de 1 % des 22 000 MW envisagés, est trop faible », déplore Tewfik Hasni, ancien vice-président de Sonatrach, la compagnie algérienne des hydrocarbures.
Toutes sources confondues, les capacités installées en énergie renouvelable ne dépassent actuellement pas 500 MW. Pour concentrer les efforts, un ministère de la transition énergétique et des énergies renouvelables a vu le jour en juin 2020. Il est chargé de mener à bien le plan gouvernemental dont les objectifs ont été ramenés à 4 000 MW d’ici à 2024 et 15 000 MW à l’horizon 2035.
Un appel d’offres, retardé depuis plusieurs mois, devrait être lancé avant la fin de l’année dans le cadre d’un premier projet, le Solar 1000, qui verra la réalisation de centrales solaires photovoltaïques d’une capacité de 1 000 MW. Onze sites situés dans des wilayas du sud du pays, notamment à Ouargla, El Oued, Ghardaïa et Béchar, ont déjà été retenus.
A la recherche de financements, l’Algérie a également revu la règle 51/49, qui limitait les participations étrangères à 49 % du capital d’une société algérienne. Celle-ci ne concerne désormais plus les projets liés au renouvelable. « C’est une grande avancée », note Myriam Fournier Kacimi, la dirigeante de Sungy, un bureau d’étude et de développement de projet solaire installé en Algérie depuis 2014.
Partisane d’un meilleur accès au réseau électrique, d’une plus grande implication du secteur bancaire et d’une réforme des subventions, la cheffe d’entreprise est persuadée que « le marché va exploser ». « La normalisation et la professionnalisation de la filière devront suivre », pense-t-elle.
Un enthousiasme que ne partage pas complètement Mohammed Abdennacer Naili, fondateur de Shames Djazair, une société spécialisée dans la commercialisation et la distribution de produits photovoltaïques. « Pour les consommateurs, le solaire reste une alternative trop chère. L’une des solutions consiste à revoir la taxation pour baisser le coût des équipements », soutient ce jeune ingénieur de 23 ans, qui est convaincu que l’Algérie devrait se concentrer « sur le développement de centrales de petites et moyennes tailles » avant de viser des projets de grande envergure.
Aujourd’hui, la forte subvention des prix de l’électricité ne pousse pas les particuliers à se tourner vers les énergies propres, mais « on ne peut pas non plus augmenter brutalement les prix », souligne Mohammed Abdennacer Naili. Le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique plaide de son côté pour introduire « sans heurts des prix réels de l’électricité, en remplaçant les subventions généralisées de l’énergie électrique par des aides plus ciblées sur de petites installations d’autoconsommation pour les catégories les plus défavorisées ». Un basculement qui pourra difficilement se faire en trois mois.
Safia Ayache(Alger, correspondance)
Contribuer
Dans la même rubrique
Édition du jour
Daté du lundi 17 janvier
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :