menuRUBRIQUES
Suivez-nous :
|
|
Analyste en Économie & Géopolitique
Le 28 août 2021 à 13h11
Dans un contexte diplomatique tendu, le non renouvellement du contrat du gazoduc Maghreb-Europe est le sujet d’une vive polémique. Quel est l’enjeu géopolitique de ce dossier ? Quel est l’impact économique pour le Maroc ? Quelles sont les pistes alternatives pour l’Algérie ?
Il aura suffi de quarante-huit heures après l’annonce par l’Algérie de la rupture des relations avec le Maroc pour que le ministère algérien de l’Énergie et des mines déclare que l’Algérie allait couvrir l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel à travers le gazoduc Medgaz, reliant directement l’Algérie à l’Espagne à travers la Méditerranée. Une décision qui, si elle est avérée, est supposée mettre fin à un quart de siècle d’exploitation du gazoduc Maghreb-Europe (GME), traversant le Maroc.
La théorie conspirationniste qui domine l’état psychique des responsables algériens n’a pas épargné la déclaration d’Amina Benkhadra, directeur général de l’ONHYM, qui affirma, il y a quelques jours, que le Maroc n’a aucune objection sur le renouvellement du contrat d’exploitation du GME qui expire le 31 octobre 2021.
Ce dernier, long de 1.300 kilomètres, traverse le territoire marocain sur une distance de 540 kilomètres et présente une capacité maximum d’exportation de 13,5 milliards m3 par an. Il accorde au Maroc un droit de passage de 7% des quantités transportées vers l’Espagne et le Portugal, soit une moyenne annuelle de 700 millions m3 sur un total d’importations nationales en gaz naturel de 1,3 milliard m3, ce qui représente 65% des besoins marocains importés.
Cette part relative, aussi importante en apparence, est-elle pour autant décisive dans la politique énergétique du pays ? La réponse est non puisque le gaz en général ne contribue qu’à hauteur de 5% dans la production électrique du Maroc, qui a su gagner en diversification (60% en pétrole, 25% en charbon, 10% en énergies renouvelables).
En d’autres termes, le gaz algérien ne pèse pas plus que 3,3% de la production électrique nationale. En impact budgétaire, le Maroc mettra désormais la main à la poche pour payer l’équivalent du gaz qui ne coulerait plus depuis le GME, soit une moyenne annuelle de 160 millions de dollars. Une somme sans impact réel sur le budget de l’État puisqu’elle n’y représente pas plus de 0,65% !
Cependant, le Maroc, dans sa stratégie nationale de transition énergétique, table sur l’augmentation de la part relative du gaz naturel, dans la production d’énergie, de 5% à 13,5%, soit 5 milliards m3, à horizon 2030, et ce par le remplacement progressif du charbon par le gaz, conformément aux engagements pris par le royaume dans les accords de Kyoto. Pour ce faire, le Maroc devra augmenter ses capacités de stockage car il va désormais recourir à l’importation du gaz naturel liquide et diversifier la liste de ses fournisseurs.
Dans l’immédiat, il n’y aucun risque sur l’alimentation du marché local étant donné les capacités de stockage disponibles et capables e couvrir  la consommation domestique de plusieurs mois.
En 2011, l’Algérie avait inauguré le gazoduc Medgaz reliant directement l’Algérie à l’Espagne (Almeria). L’objectif affiché étant l’augmentation des capacité d’exportation en appui au GME, mais les intentions des gouvernant à Alger allaient plutôt vers une réduction de la dépendance au Maroc dans l’approvisionnement de ses clients en Espagne et au Portugal.
Depuis lors, l’Algérie a sciemment réduit progressivement les quantités conduites via le GME au profit du Medgaz, dont la capacité maximale est de 10 milliards de m3 par an. Est-ce une alternative définitive au GME ? Cela a été la conclusion d’une étude posée sur le bureau de l’ancien chef de gouvernement algérien. Cependant cette piste a été préconisée en 2019 dans une conjoncture de baisse de consommation mondiale. Medgaz serait-il capable de faire  face à une explosion de demande en guise de reprise économique dans les mois à venir, conformément aux prévisions des spécialistes des marchés de l’énergie ? Rien n’est moins sûr. L’Algérie doit alors faire le choix entre deux pistes. Un, reconduire le contrat du GME en attendant l’extension de la capacité du Medgaz à 15 milliards m3 et plus. Une solution qui prendrait au moins cinq années comme période de transition.
Deux, assumer la rupture avec le GME au risque d’être dans l’incapacité de livrer dans l’immédiat les quantités demandées par les clients. Si le choix paraît évident, tout plaide pour que les gouvernants à Alger optent pour le second choix au grand dam des économistes!
Ainsi, l’enjeu géopolitique l’emporterait sur toute logique économique de construction, d’intégration et de perspectives d’avenir. Après la rupture des relations diplomatiques, le non-renouvellement du GME serait le dernier clou dans le cercueil du projet mort-né qui s’appelle l’UMA.
Il reste à savoir si l’Espagne, qui importe 25% de ses besoins gaziers de l’Algérie resterait passive à ces tiraillements qui risquent d’impacter sa dynamique économique. Enfin, faut-il prendre au sérieux les tentatives algériennes de ressusciter le projet de gazoduc subsaharien afin d’enrayer le projet du gazoduc Nigeria-Maroc ? Mais cela est une autre histoire.
Le 28 août 2021 à 13h11
Le couturier français Julien Fournié a annulé son défilé de peur de créer un “cluster haute couture” à Paris en pleine pandémie, mais pas de regrets: des tenues filmées pour sa collection seront sur une plateforme de jeux vidéo qui touche un milliard de personnes.
Voici la vidéo avec les propos du secrétaire général qui s’exprimait dans une conférence de presse vendredi à New York. La balle est dans le camp de l’AFP.
Un petit vent de panique a soufflé sur Wall Street cette semaine après la vive chute du Nasdaq, les investisseurs se demandant si le marché va s’en tenir à une correction ou si on aborde une déprime prolongée, risquée pour l’économie et l’administration Biden.
Les navires de la Marine espagnole ont intensifié leur présence dans les eaux entourant Melilia. À en croire les médias locaux, l’Espagne craint l’installation d’une nouvelle ferme piscicole marocaine.
Le Conseil constitutionnel français a validé, ce vendredi 21 janvier, l’essentiel du projet de loi relatif au pass vaccinal. Le gouvernement français a annoncé, dans la soirée du jeudi 20 janvier, la levée, courant février, de la plupart des mesures de restriction pour freiner l’épidémie.
Le Maroc devrait recevoir plus de 1,5 million de doses du vaccin Pfizer dans les semaines à venir, selon l’Agence des États-Unis pour le développement international.
Les inspections effectuées dans le cadre de l’enquête menée sur un réseau impliqué dans le transfert de cryptomonnaie, l’enlèvement, la séquestration et l’extorsion, ont abouti à la saisie de sommes d’argent supplémentaires de l’ordre de plus de 10 millions de DH.
Les jeunes Marocains invités à remplir le formulaire du recensement relatif au service militaire, au titre de l’année en cours, devront le renseigner le 10 février au plus tard.
Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi 20 janvier, trois projets de décret relatifs aux règles régissant les opérations d’emprunt contractés par les collectivités territoriales.
Les navires espagnols autorisés à pêcher dans les eaux marocaines tireraient peu partie de leur quota. À en croire le journal ibérique ‘’El País’’, sur les 92 bateaux espagnols, seul un quart a exercé ses activités de pêche au large du Royaume.
Samsung a dévoilé le S21 FE 5G, un smartphone qui porte en lui les fonctionnalités préférées des utilisateurs du Galaxy S21. Ce dernier est disponible au Maroc depuis le 11 janvier….
La Marocaine des jeux et des sports (MDJS) revient sur le parcours glorieux des Lions de l’Atlas en sept récits méconnus de l’histoire du football marocain, que les moins de 40 ans ne peuvent (peut-être) pas connaître……
Infinix a dévoilé son tout nouveau-né de sa série haut de gamme le Note 11 Pro. Avec ce produit, la marque offre une puissance et des performances plus rapides, plus fortes et plus efficaces en tirant parti d’une combinaison unique de technologies de pointe pour créer sa gamme impressionnante et abordable de smartphones….
Accompagnement des opérateurs installés dans les différentes zones, solutions d’énergie verte, maintien de l’activité et accueil de nouvelles sociétés durant la pandémie. Zoom sur la plateforme industrielle du groupe Tanger Med….
Avec son Huawei nova 8i, le groupe Huawei entend séduire sa plus jeune clientèle. Pour cela, il a conçu un smartphone intelligent capable de se recharger entièrement en moins d’une heure et d’interrompre les notifications d’appels pendant les moments de gaming !…
Sanofi Maroc et la Société marocaine d’endocrinologie diabétologie nutrition ont organisé, samedi 18 décembre, la cérémonie de remise des prix de la quatrième édition du Prix Sanofi de recherche en diabète….
ROUND UP. Morocco Tech, qui se veut une vision, un mouvement et une marque fédérant les acteurs de l’écosystème, est au cœur d’une polémique où s’entremêlent critiques sur la réalité de cette économie, couacs organisationnels et contexte électoral.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’y a pas de laboratoire privé réalisant le diagnostic Covid-19 à Fès. Au 1er septembre, on en dénombrait 170 à travers le Maroc, en sus des 22 laboratoires publics. Éclairage.
La légère inflexion se poursuit pour la troisième journée consécutive. La moyenne mobile sur 7 jours est de 7.098 cas ce dimanche, contre 7.240 cas samedi, 7.409 cas vendredi et 7.433 cas jeudi.
Des condamnations pour faux témoignage à la correctionnelle de Ain Sbaâ. Safi Energie Company (Safiec) victime d’expertises falsifiées. Dans le rang des condamnés, une commissaire aux comptes et un homme d’affaires à la casquette politique.
Voici la vidéo avec les propos du secrétaire général qui s’exprimait dans une conférence de presse vendredi à New York. La balle est dans le camp de l’AFP.
Le Maroc affrontera la République Démocratique du Congo (RDC) en match barrage qualificatif pour la Coupe du Monde de football (Qatar-2022), à l’issue du tirage au sort effectué, samedi à Douala au Cameroun, en marge de la 33-ème Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2021).
Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24
Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.
Abonnez-vous à la newsletter
Tous droits réservés © 2018 – Medias24.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.