Podcasts
Le Maroc et le Bahreïn ont signé un mémorandum d’entente visant le renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine des énergies renouvelables.
L’axe Rabat-Manama renforcé. La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali et le ministre bahreïni de l’électricité et de l’eau, Wael bin Nasser Al Mubarak, ont signé ce vendredi un mémorandum d’entente (MoU) pour accroître la coopération entre le Maroc et le Bahreïn dans le domaine des énergies renouvelables.
Cette convention porte sur l’échange d’expertises, le transfert de technologie, le renforcement des compétences et la consolidation de l’investissement public et privé dans le secteur des énergies renouvelables. Elle vise également la mise en œuvre de plusieurs initiatives relatives à l’énergie renouvelable en vue de réaliser les objectifs de développement et les intérêts communs des deux pays.
Les domaines d’intérêt concernent la prospection, l’examen et le développement des secteurs relatifs à l’énergie renouvelable, y compris la coopération dans l’élargissement des franges bénéficiaires des ressources renouvelables et dans leur utilisation. Il s’agit également d’encourager les investissements et l’échange d’expertises, notamment en ce qui concerne les projets de l’énergie solaire, le développement des techniques de stockage et de l’automatisation, ainsi que les programmes de renforcement des compétences.
Les deux parties entendent œuvrer sur le développement de plusieurs activités, dont des programmes d’évaluation des ressources des énergies renouvelables, des projets d’intégration des techniques de l’énergie solaire dans les bâtiments, ainsi que l’appui de la formation et des ateliers dans le domaine. Le Maroc et le Bahreïn s’engagent également à développer les relations des institutions gouvernementales et académiques avec le secteur privé.
Intervenant à cette occasion, Wael bin Nasser Al Mubarak a relevé que les orientations des dirigeants des deux pays, ainsi que les relations bilatérales constituent le socle des perspectives de coopération entre les différents secteurs dans les deux royaumes. Le ministre bahreïni a exprimé son souhait de renforcer la coopération bilatérale et l’échange des expertises et des pratiques mondiales, en vue de réaliser les objectifs communs et poursuivre la voie du développement, pour un monde meilleur et durable.
De son côté, Leïla Ben Ali a salué les liens fraternels et les relations de coopération solides entre les deux pays dans plusieurs domaines. Pour elle, les deux parties aspirent à hisser ces relations à des niveaux supérieurs au service des objectifs communs, en application des orientations des dirigeants des deux pays, le roi Mohammed VI et le roi Hamad ben Issa ben Salman Al Khalifa.
Ainsi, la ministre a passé en revue les principaux axes de la stratégie énergétique nationale qui ambitionne de faire de la transition énergétique un moteur du développement économique et social au Maroc. Cette stratégie vise notamment à garantir la sécurité des approvisionnements, la disponibilité de l’énergie, l’accès généralisé à l’énergie, le contrôle de la demande et la préservation de l’environnement.
Afin de réaliser ces objectifs, Leïla Benali a indiqué que des orientations stratégiques ont été adoptées et déclinées en des plans d’action à court, moyen et long termes. Ces actions visent notamment la diversification du mix énergétique, son amélioration et le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
Il s’agit également de garantir une flexibilité dans le système électrique, consolider la production décentralisée de l’électricité, développer une industrie neutre en carbone et explorer de nouvelles sources d’énergie, des méthodes innovantes de stockage d’énergie, ainsi que le renforcement de l’inclusion régionale.
Dans ce sens, le Maroc a tracé des objectifs ambitieux dont la consolidation de la part des énergies renouvelables dans le mix électrique à plus de 52 % à l’horizon 2030 et le renforcement de l’efficacité énergétique en réduisant la consommation d’énergie de 20 % d’ici 2030.
Par ailleurs, la ministre a fait savoir que le Maroc a commencé à récolter les fruits de cette stratégie, relevant que plus 50 projets ont été développés d’une capacité de 4 gigawatts, tandis que 60 autres projets sont en cours de réalisation.
(avec MAP)

source

Laisser un commentaire