Expert dans le domaine des solutions de gestion des bâtiments, Distech Controls propose des technologies et des services permettant d’optimiser l’efficacité énergétique et le confort, tout en réduisant les coûts d’exploitation. Nathalie Sevaux, ingénieure commerciale chez Distech Controls, revient sur les principaux enjeux de digitalisation des bâtiments et présente les actualités du groupe pour l’année à venir.
Quels sont les principaux enjeux liés à la digitalisation des bâtiments dans le cadre de la transition énergétique ?
Nathalie Sevaux –
Ce sujet est plus que jamais d’actualité. Le décret tertiaire impose la réduction des consommations énergétiques des bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m2 de 40 % en 2030. Il faut déclarer les données du bâtiment et de consommation sur la plateforme OPERAT. Quant au décret BACS, il rend obligatoire l’intégration de système d’automatisation et de contrôle dans le neuf comme dans l’existant. Maintenant, on doit collecter les données de façon massive et issues de sources variées comme les objets connectés, les référentiels, les applicatifs IT. Mais il faut aussi faciliter les échanges entre les multiples acteurs de l’écosystème. Le cloud et les API permettent à ce titre l’ouverture et la communication entre les systèmes d’information. La digitalisation accompagne donc naturellement cette transition énergétique.
Comment Distech Controls adresse-t-il ces enjeux et quelle est votre vision stratégique sur le bâtiment serviciel ?
N. S. –
En tant que spécialistes des systèmes GTB, nous sommes de plus en plus consultés par les entreprises. Il faut combiner économies d’énergie, bien-être des occupants, qualité de l’air intérieur et flexibilité des bâtiments. Notre rôle est de relier les occupants aux bâtiments connectés pour améliorer le bien-être, la gestion des espaces et l’efficacité énergétique. Notre objectif est de rendre les espaces attractifs avec des technologies avancées pour le confort et la performance énergétique. Les contrôleurs ECLYPSE ouverts sous protocole Bacnet/IP et RESTful API permettent de créer des synergies entre le monde du bâtiment et l’informatique. Afin de rendre les bâtiments attractifs pour le futur, nous nous appuyons sur quatre principes fondamentaux. Pour commencer, l’interopérabilité de nos solutions facilite les échanges entre les différents services du bâtiment. Ensuite, l’ouverture de nos solutions rend possible l’évolutivité des systèmes dans le temps. Il y a aussi notre portail développeurs qui met à disposition de nos partenaires un guide de bonnes pratiques pour créer leurs propres applications. Enfin, Distech propose des méthodes d’interfaçages indépendantes des systèmes propriétaires. Je précise que rendre le bâtiment serviciel est possible avec notre programme Digital Partner qui met en relation les intégrateurs de nos systèmes avec des entreprises technologiques du numérique (ETN). Ainsi, les différents interlocuteurs partagent leur expérience en respectant les bonnes pratiques pour le développement de nombreux services comme la géolocalisation ou l’installation d’un jumeau numérique.
Quelles sont vos actualités, vos nouveautés produits/solutions et vos innovations pour l’année à venir ?
N. S. –
Notre dernière nouveauté est l’ECLYPSE APEX. Il s’agit d’un contrôleur enrichi en fonctionnalités qui permet de relier le monde de la CVC/GTB à celui de l’IoT et l’intelligence artificielle. Il intègre des capacités de calcul local pour une prise de décision rapide selon différents facteurs, de manière automatisée et anticipée. Ce contrôleur multifonction encore plus performant facilite l’intégration entre le système OT et les solutions tierces hébergées sur le cloud. L’APEX est aussi un contrôleur IoT Edge avec un espace dédié où les développeurs d’IoT/IA peuvent concevoir et mettre en œuvre différentes fonctionnalités pour apporter plus de services aux bâtiments et à leurs occupants. Il s’agit donc d’une solution tout en un, adaptée à la digitalisation des bâtiments au service de la transition énergétique.
Propos recueillis par Alexandre Arène
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.










source

Laisser un commentaire