Le distributeur aurait reçu cinq offres indicatives de fonds et d'industriels, dont Veolia et SHV, la maison mère de Primagaz, lors du premier tour d'enchères de GreenYellow, de sources concordantes. Le niveau de valorisation avoisinerait 1,5 milliard d'euros.
Par Anne Drif
Coup d'envoi à la vente de la filiale d'énergie renouvelable de Casino. De sources concordantes, au moins cinq offres de rachat indicatives ont été déposées jeudi dernier pour GreenYellow dont le distributeur espère tirer autour de 1,5 milliard d'euros .
Le géant Veolia est sur les rangs et serait prêt à s'allier à un fonds d'investissement. « Le groupe qui détient des savoir-faire dans la captation d'énergie verte veut investir de façon croissante dans des solutions d'efficacité énergétiques. Les sujets d'indépendance énergétique sont devenus centraux », explique une source. La maison mère du français Primagaz, l'industriel néerlandais SHV Energy, est aussi candidat selon des proches du dossier. Trois fonds se seraient également positionnés : le fonds américain I Squared, le Britannique Icon Infrastructure et l'Australien Macquarie. Le Suédois EQT aurait manifesté un intérêt mais pas formalisé d'offre à ce stade.
Le Français Engie, qui détient une coentreprise avec GreenYellow et qui aurait un temps envisagé une alliance avec un fonds, n'aurait en revanche finalement pas déposé de proposition. On le disait surtout intéressé par le volet international. « Ce n'est pas le meilleur « fit » avec la stratégie d'Engie, tant du point de vue géographique que du point de vue du modèle économique », affirme un proche du groupe dirigé par Catherine MacGregor. Total, qui a pu regarder le sujet, n'a pas non plus déposé d'offre in fine, selon ces mêmes sources.
Le prix élevé, tiré par l'appétit du marché pour les renouvelables, se révèle dissuasif pour certains acheteurs plutôt conservateurs. A 1,5 milliard d'euros, GreenYellow se verrait valorisé environ 15 fois l'Ebitda projeté pour 2022. La société est en forte croissance. L'année dernière, la filiale détenue à 72,3 % de Casino aux côtés de Tikehau a enregistré un Ebitda en hausse de 30 %, à 80 millions d'euros, selon le rapport annuel du groupe.
D'autres candidats, l'énergéticien portugais EDP et le fonds Ardian, auraient eux demandé un délai supplémentaire pour envisager de déposer une offre indicative. Interrogées, les différentes parties prenantes n'ont pas souhaité réagir.
Casino en tout cas est déterminé à agir vite. « L'objectif est d'aboutir d'ici à la mi-juillet, l'intérêt est là. La priorité sera donnée à la valorisation et à la fermeté de l'offre », explique un proche du dossier.
Plombé par sa dette qui a crû à 5,8 milliards d'euros, le distributeur cette fois doit aller au bout. Au printemps dernier, il avait envisagé une introduction en Bourse avant de se raviser. Propriété de Rallye, il a promis à ses banques qu'il allait vendre encore pour 1,3 milliard d'euros d'actifs. Un objectif réaliste s'il réussit cette opération.
Anne Drif
Tous droits réservés – Les Echos 2022

source

Laisser un commentaire