Promouvoir les véhicules électriques est incompatible avec le développement des énergies éolienne et solaire. Évidemment, les politiciens veulent les deux,
Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%
Ce 8 juin 2022, le Parlement européen a voté en faveur de la proposition de la Commission européenne d’interdire en 2035 au plus tard la vente de véhicules thermiques y compris pour les camionnettes et les hybrides. L’Italie est parvenue à obtenir une dérogation pour les voitures de luxe et de sport (Maserati, Ferrari). Le Conseil de l’UE doit à présent adopter la proposition. La volonté de se passer de pétrole et surtout du diesel russe favorise cette décision malgré la dépendance chinoise qui pointe sur les batteries et les matériaux qui les composent.
Les voitures électriques sont de plus en plus présentes dans nos rues. Tout comme on distingue immédiatement un mouton noir dans un troupeau, on observe au premier coup d’œil une automobile 100 % électrique. Rappelons que le véhicule électrique a précédé celui thermique. Henri Ford et Thomas Edison étaient amis et siégeaient dans leurs conseils d’administration respectifs. Edison était convaincu que le véhicule électrique allait l’emporter, mais il a finalement dû concéder la victoire à son ami qui avait misé sur le véhicule thermique. Ce n’est qu’avec le développement des batteries Li-ion que le véhicule électrique a pu rebondir. Pour l’anecdote, rappelons que c’est la compagnie pétrolière Exxon (aujourd’hui ExxonMobil) qui a découvert cette batterie lorsqu’il fallait d’urgence trouver des alternatives au pétrole à la suite des crises du pétrole des années 1970.
 
Il s’agit pour l’instant d’un marché de niche, essentiellement poussé par des mesures fiscales qui bénéficient aux entreprises, parce que les véhicules électriques sont plus chers à la construction et donc à l’achat. Feu Serge Marchionne, PDG de Fiat-Chrisler, avait carrément déclaré lors du Salon de l’auto à Détroit de 2014 « n’achetez pas mes véhicules électriques, car je perds 10 000 euros par voiture ». Celles-ci bénéficient de déductions fiscales diverses, totalement discriminatoires vis-à-vis de la population qui ne peut pas, dans sa très grande majorité, se payer de tels véhicules chers.
Luc Chatel, le président de la Plateforme automobile (PFA), qui regroupe la filière automobile française a déclaré sur BFM Business :
« Je ne sais pas si nous aurons les clients pour ces voitures électriques, qui coûtent 50 % plus cher que les thermiques. On a déjà du mal à vendre des voitures aujourd’hui ».
En moyenne dans l’UE, dans plusieurs pays européens l’acheteur d’une voiture électrique reçoit plusieurs milliers d’euros. Cette opportunité de marketing lui donne une image verte qui est bienvenue vu la hargne envers le monde des entreprises. On est en droit d’ailleurs de se demander si tous les avantages présents et annoncés seront compatibles avec l’état déplorable des finances publiques, d’autant que plus de véhicules électriques signifient aussi moins de ventes de produits pétroliers et donc de revenus par les diverses taxes sur ceux-ci.
Selon l’association européenne des constructeurs et importateurs d’automobiles (ACEA), il y a 243 millions de voitures à combustion interne en 2021. Comme la Commission européenne prévoit que 15 millions de nouveaux véhicules vendus à partir de 2035 seront électriques, les émissions de CO₂ du secteur routier ne diminueront que de 2 % par an. Et l’impact sur les émissions totales de GES sera inférieur à 1 %. Par ailleurs, il y a plus de 28 millions de camionnettes en circulation dans l’UE qui consommeront beaucoup d’électricité à cause du poids de la charge transportée. Il ne vous aura pas échappé que la décision du Parlement ne concerne pas le transport routier…
L’ACEA considère :
« Malgré une augmentation des immatriculations ces dernières années, les voitures à motorisation alternative ne représentent que 4,6 % du parc automobile total de l’UE. 0,8 % de toutes les voitures circulant sur nos routes sont des hybrides électriques, tandis que les véhicules électriques à batterie et les véhicules hybrides rechargeables ne représentent chacun que 0,2 % du total ».
 
Selon moi, l’argument du manque d’autonomie du véhicule électrique n’est pas recevable, car la grande majorité des trajets peut très bien se satisfaire de l’autonomie actuelle, d’ailleurs en croissance. Mais d’autres inconvénients, bien plus sérieux, vont freiner l’illusion de la Commission européenne et du Parlement européen d’imposer l’abandon des véhicules thermiques en 2035 : manque de métaux rares, contrôle de ceux-ci par la Chine ce qui nous fait basculer d’une dépendance pétrolière vers une plus grande, perte de main-d’œuvre importante dans la construction automobile notamment en Pologne.
Mais comme on vient de le dire, on va vendre encore d’ici 2035 des véhicules thermiques pour les raisons déjà évoquées. Mais si les constructeurs européens, qui possédaient une supériorité technologique dans le secteur de l’automobile, vont anticiper la vente des véhicules électriques, ils vont produire de moins en moins d’automobiles thermiques et ce seront donc nos concurrents, chinois et indiens, qui viendront vendre leurs véhicules thermiques bon marché chez nous pour ceux qui ne peuvent se permettre d’acheter un véhicule électrique.
Après la destruction de tant de nos industries par le dumping des Chinois qui eux ne s’occupent guère des émissions de CO2, cette course trop rapide et sans garde-fous va détruire ce qui reste de l’industrie européenne. Que les écologistes ne s’en préoccupent pas n’est pas surprenant, puisque moins il y a d’industrie, pour eux, plus on sauvera les ressources naturelles. Mais que le reste des députés européens n’aient pas compris cette élémentaire réalité laisse pantois.
 
Le moteur électrique est très efficace et la consommation d’énergie d’un véhicule électrique est donc relativement faible. Faisons ce calcul pour l’UE, mais les résultats sont similaires pour tous les États membres.
Il y a 253,5 millions de voitures dans l’UE qui parcourent en moyenne 15 000 km par an. Selon l’ACEA, il y a 10 millions de véhicules neufs par an. Si les 10 millions vendus en 2023 devenaient tous électriques de manière linéaire avec le temps, nous aurions 64 millions de voitures électriques en 2035. Si le nombre total ne change pas, avec l’interdiction des véhicules thermiques d’ici 2035 on peut estimer qu’en 2035 il y aura 64 millions de véhicules électriques et 170 millions de véhicules thermiques.
Avec une consommation unitaire de 20 kWh/100 km (en moyenne entre 12 et 25 kWh, moins pour les véhicules légers et plus pour les lourds et selon la conduite), la consommation totale sera de
0,2 × 15 000 × 64 millions = 192 TWh.
Par rapport à la demande totale d’électricité de l’UE, qui est de 2900 TWh, l’électricité consommée représentera 7 % de la consommation électrique de l’UE, ce qui semble tout à fait raisonnable. Ce n’est qu’à terme que les 235 millions de véhicules devenus tous électriques que la consommation sera de
0,2 × 15 000 × 235 millions = 705 TWh
soit un quart de la production actuelle d’électricité. Mais s’il fallait ajouter la consommation supplémentaire en hiver, les pertes dues au transport de l’électricité et les pertes à la recharge, soit 20 à 30 % au total, selon modèle et mode de recharge, on est plus proche du tiers de la consommation actuelle que du quart.
Même si tous ne chargeront pas en même temps, il faut certainement des capacités de surproduction additionnelles aux 705 TWh. Ces calculs indiquent l’énergie qui sera effectivement consommée, qu’il faudrait théoriquement produire en continu pour assurer le kilométrage prévu. Au moment de la recharge, la puissance demandée est nettement supérieure et l’utilisation des véhicules n’est pas « lissée » dans le temps.
Le tableau ci-dessous présente les mêmes données pour un ensemble de pays. On peut observer que des pays comme la Pologne ou même l’Italie auront des défis majeurs à relever, car leur capacité électrique actuelle est plutôt faible par rapport aux besoins futurs possibles pour satisfaire l’électrification du parc automobile.
Impact des véhicules électriques sur le système électrique pour 10 % d’électrification du parc automobile
Un développement significatif des véhicules électriques ne peut s’envisager que si l’on construit de très nombreuses nouvelles centrales électriques. C’est d’ailleurs indispensable si l’on désire éviter tout risque de blackout majeur lors d’une recharge simultanée d’un grand nombre de véhicules.
De plus, ces nouvelles centrales doivent fournir de manière non aléatoire c’est-à-dire qu’elles ne peuvent pas dépendre des énergies renouvelables intermittentes (éolienne et solaire), particulièrement faibles ou nulles la nuit tandis que les recharges seront plus volontiers nocturnes. C’est-à-dire qu’elles devront être, soit des centrales au gaz naturel, soit des centrales nucléaires (ou des centrales au lignite en Allemagne puisqu’ils ne veulent plus de centrales nucléaires). Or, on connaît les difficultés que la construction de ce type de centrale soulève. En tout état de cause, pour des raisons de sécurité et pour éviter le déclenchement du système électrique, des dispositions doivent être prises pour fournir la puissance requise à tout moment, car le système électrique doit être fiable à 100 % à tout moment. Si le monde politique entend développer sérieusement le véhicule électrique, au lieu de débuter par l’interdiction de la vente des véhicules thermiques en 2035, il doit commencer par convaincre la population qu’elle doit accepter un nouveau système électrique avec une capacité installée nettement supérieure à celle existante composé de centrales au gaz ou bien nucléaire (ou au lignite en Allemagne).
Durant les heures creuses (de 21 h à 6 h), la capacité disponible peut compenser en partie le surplus de puissance, mais cela nécessite un contrôle strict afin d’éviter une surcharge du réseau. C’est assurément une bonne chose du point de vue macroéconomique d’augmenter le facteur de charge c’est-à-dire de faire fonctionner le plus possible les centrales électriques — y compris pendant la période qui est aujourd’hui celle des « heures creuses » c’est-à-dire lorsque la capacité installée est sous-utilisée parce que la demande est faible, mais cela n’est pas possible avec les centrales à production intermittente.
Certes, avec le temps, un smart grid (les réseaux intelligents) pourra en partie relever ce défi, mais cet objectif est encore loin d’être atteint. On en parle depuis si longtemps, et rien ne change. Afin d’absorber plus d’électricité variable et intermittente, le réseau électrique bien qu’il soit déjà « intelligent » devrait évoluer afin d’être en mesure d’absorber le caractère aléatoire à la fois de la génération électrique et celui de la demande croissante des consommateurs. Le smart grid doit être accompagné d’une gestion intelligente de nos consommations c’est-à-dire de n’utiliser de l’électricité que lorsque le vent et le soleil décident d’en fournir. Quand on observe que l’on parle d’efficacité énergétique et d’économie d’énergie depuis un demi-siècle et que le comportement humain continue à préférer son confort, on est en droit de s’interroger sur cette possibilité. En fait, on compte sur l’informatique afin de pallier les comportements humains qui ne sont pas toujours vertueux, mais ce ne sera qu’avec une tarification intelligente qu’on pourra y parvenir.
J’ai déjà écrit sur cette difficulté qui ne peut être éclipsée afin de poursuivre l’électrification du transport automobile. Un lecteur a répondu que l’« on peut s’arranger ». J’en conviens, c’est-à-dire en contrôlant la vie des gens qui ne pourront recharger leur voiture que lorsqu’un algorithme les y autorisera. On commencera par essayer d’étaler les charges au cours de la journée, mais en tenant compte que, dans leur grande majorité, ces voitures seront chargées la nuit (pour des raisons de commodité, mais également parce que la demande de courant de nuit est plus basse qu’en journée).
 
Selon PFA, en France, les 60 000 bornes de recharge aujourd’hui devraient passer d’ici 2030 à environ un million. Pour alimenter en électricité ce nombre croissant de stations de charge (privées ou publiques), il faudra installer partout de nouveaux câbles électriques permettant de transporter en basse tension la puissance mentionnée ci-devant afin d’éviter tout déclenchement du circuit électrique dans la zone concernée.
Ce n’est pas un problème compliqué, mais il sera extrêmement coûteux car le cuivre utilisé pour fabriquer les câbles est cher ; on peut le remplacer par l’aluminium avec des câbles de plus grosse section mais sa production qui demande beaucoup d’électricité n’existe pratiquement plus dans l’UE à cause de la politique climatique. De plus, il faudra ouvrir les rues et les trottoirs pour installer ces câbles plus puissants. En outre, il faudra construire de nouvelles lignes électriques à haute tension pour transporter plus d’électricité vers les centres de distribution. Ces coûts supplémentaires pour le réseau électrique doivent logiquement être payés par tous les consommateurs d’électricité (citoyens et industries), ce qui signifie une augmentation du prix de l’électricité supplémentaire à celle en cours. Cela pose un problème éthique : même les personnes qui ne conduisent pas un véhicule électrique devront payer plus cher leur électricité. C’est la raison pour laquelle le Commission a proposé un Fonds Social Climat qui de toutes les façons sera alimenté par l’impôt et l’emprunt c’est-à-dire par tout le monde.
Tout cela est de l’ordre du possible. Mais le danger de déclenchement du réseau électrique (blackout) est trop élevé pour prendre des risques. Les conséquences économiques d’un tel déclenchement rapporté par le prof Ernest Mund sont telles que je conseille vivement de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Le véhicule électrique possède des atouts en matière de pollution atmosphérique (SO₂ et NOx), mais aussi des inconvénients géopolitiques et environnementaux (particules fines et CO2 à la source de production de l’électricité si ce n’est pas l’énergie nucléaire qui la génère). Mais quoi qu’il en soit, un développement autre que de niches passe par la construction de centrales non intermittentes.
 
Bien que la proposition de directive de la Commission européenne d’abandonner l’automobile thermique soit bien antérieure à la guerre en Ukraine et donc aux sanctions contre le pétrole russe, il est évident que la volonté de se passer de l’or noir de l’Oural a fortement contribué à convaincre les députés européens à adopter cette proposition.
Mais est-ce que pour autant cela va pénaliser le pétrole mondial ?
Ce ne sera pas le cas, car actuellement, l’UE ne représente que 11,5 % de la consommation mondiale de pétrole et on a vu qu’en 2035 il y aura deux tiers des automobiles en circulation qui seront encore thermiques. Au contraire, moins de pétrole vendu en Europe impliquera davantage de pétrole pour ceux qui continueront à l’utiliser, ce qui sera la grande majorité du monde. Les pays en développement qui sont à peine électrifiés vont-ils abandonner les véhicules thermiques ? Moins de la moitié de la population africaine est connectée au réseau électrique et ceux qui le sont ne peuvent en profiter que pendant quelques heures.
Subventionner les véhicules électriques servira à libérer du pétrole que quelqu’un d’autre peut consommer à un prix inférieur. Partant, du point de vue macroéconomique, le bannissement des véhicules thermiques dans l’UE va pénaliser notre macroéconomie de multiples façons, y compris par un manque de compétitivité de notre système de transport routier. La conséquence de la décision européenne sera en plus d’un prix de l’électricité très élevé, une pénalité ultérieure par rapport aux concurrents dans un monde globalisé.
 
En paroles claires, promouvoir les véhicules électriques est incompatible avec le développement des énergies éolienne et solaire. Évidemment, les politiciens veulent les deux, ce qui est impossible. Mais eux ne s’embarrassent pas de considérations techniques.
Le principe de base d’une politique saine est la neutralité technologique. Ce fut vrai pendant longtemps à la Commission européenne, mais depuis que la politique climatique prime toutes les autres (y compris celle agricole !) les erreurs stratégiques s’accumulent. Faut-il rappeler l’interdiction du gaz de schiste dont l’UE est la principale importatrice aujourd’hui, le fiasco des biocarburants, le prix de l’électricité qui explose alors qu’était annoncée sa forte baisse ?
Les grandes mutations technologiques ne se sont jamais faites « sur ordre » de l’État ou de l’UE ni dans des délais courts de mise en œuvre. Il a fallu une quarantaine d’années de transition entre l’apparition des locomotives électriques à caténaire et la disparition totale des locomotives à vapeur (pour l’anecdote, la société de chemin de fer belge se vantait sur des placards en 1967 que le « train polluant n’existe plus »). Le Minitel français a été viable environ 25 ans avant de disparaître totalement.
Comme le secteur automobile de l’UE génère environ 7 % du PIB et emploie 10 % de la main-d’œuvre manufacturière, la menace pour l’économie et l’emploi de l’UE (notamment en Espagne et en Pologne) est sérieuse, mais ne semble pas inquiéter les députés européens. Ils estiment que cette destruction d’emplois sera compensée par la construction de batteries. Cela reste à voir, car les principaux composants de la voiture (moteur, boîte de vitesses, différentiel, etc.) sont à forte intensité de main-d’œuvre. Penser que le véhicule électrique va remplacer le moteur à combustion interne comme les mécaniciens ont remplacé les maréchaux-ferrants, c’est prendre un grand risque. Le remplacement de ces derniers n’a pas été décrété par l’État, mais imposé par le marché. Le marché aurait dû décider si le véhicule électrique doit supplanter le thermique, mais la course à la diabolisation du CO₂ est plus forte que le marché. Lorsque le marché exercera des représailles — comme il est en train de le faire actuellement étant donné les errements de ce qu’on ne devrait même pas appeler une politique énergétique européenne — l’UE devra payer cher cette erreur stratégique pendant de nombreuses années.
 
 
Les derniers ouvrages de Samuele Furfari sont Énergie. Tout va changer demain ? et L’utopie hydrogène
Perso, j’abandonnerai le véhicule diesel que je viens d’acheter quand tous les poids lourds qui envahissent nos routes seront passés à l’électrique! AMHA , ça va prendre un certain temps, si ça arrive un jour!
Je crois fermement au progrès quand il n’est pas entravé par des idéologies idiotes, et qu’il n’est bridé que par les lois physiques qui n’ont pas encore été bien comprises. Actuellement, la science pointe du doigt les impossibilités physiques de cette « transition » vers une impasse! CPEF
quant à moi je dis, « Véhicules électriques ? Pourquoi pas » tout court…
la réaction en chaine de l’inteventionnisme politique dans l’economie est lassante..
si on l’admet..on admet l’arbitraire..
de toutes façons la voiture individuelle pour tous est incompatible avec la frugalité énergétique qu’on tente de nous imposer politiquement…sauf modification qualitatives majeure du parc…
le premier sujet est la justification de la politique énergétique « de la france » au sens large..
l’enjeu climatique est bidon , c’ets si vrai que les politiques essayent de légiférer pour qualifier la critique de quelque mesure dite climatique comme sans effet sur le climat en désinformation.. !!!
moi je veux bien jouer à l’interventionnisme… mais les enjeux de samuel ne sont pas ceux de sandrine.. et pas les miens!!!!
je veux des objectifs collectifs définis… ensuite j’avise…..
Oui, laissons le marché (les individus) décider. Laissons les constructeurs de véhicules, les fournisseurs d’énergie décider.
La bonne politique est de ne pas en avoir.
« La bonne politique est de ne pas en avoir »
Affirmation très juste dans de nombreux domaine. Puisse le politiciens s’en inspirer…
« l’UE devra payer cher cette erreur stratégique pendant de nombreuses années. »
On peut se demander si elle n’est pas carrément en train de creuser sa tombe.
Une fois que toutes les victimes y auront été couchées, restera-t-il de la place dans la tombe pour l’entité UE ?
« Mais s’il fallait ajouter la consommation supplémentaire en hiver, les pertes dues au transport de l’électricité et les pertes à la recharge, soit 20 à 30 % au total, selon modèle et mode de recharge, on est plus proche du tiers de la consommation actuelle que du quart. »
NON, les pertes de la recharge sont déjà incluses dans les 20Kwh/100. Les pertes de transport sont de l’ordre de 6%, c’est tout! Concernant la conso du chauffage elle reste modérée, notamment avec l’usage des pompes a chaleur. Il reste neenmoins exact que lors de l’hyperpointe hivernale, ca n’arrange pas les choses. Cepandant pour ceux qui ne roulent pas enormément, ils peuvent contribuer en different ou anticipant la charge de leur VE
Et l’Europe achètera les métaux rares que la Chine a volé en annexant le Tibet.
Oui, l’erreur des gouvernements actuels est de croire aux ENRi. Ces dernières consomment trop de matières premières au regard de la production, notamment quand on intègre les moyens de backup et de transport nécessaire. C’est une impasse qui fait les choux gras des Petroliers.
Pour ce qui concerne la voiture électrique, son déploiement est une nécessité dictée par les limites de l’exploitation du petrole, le développement des BRICS ….
Le VE est la continuité de la transition du petrole vers le tout électrique initié par DeGaulle puis mené par Mesmer (et mis en veille par la bêtise / ignorance des politiciens qui leur ont succédé).
Je ne crois pas qu’il soit une bonne idée d’interdire le véhicule thermique. Il faut juste mener une politique visant a maintenir l’électricité a un cout raisonnable, le marché fera le reste.
Ne pas oublier qu’une voiture thermique coute environ 1 tonne de matières premières mais brule entre 10 et 50 tonnes de petrole sur sa durée de vie. Pour ve VE ça peut être radicalement meilleur car peut durer plus longtemps et se recycle bien mieux.
Les gens de la génération du baby boom ont appris ( du moins je l’espère?) à ne pas gober sans réfléchir toutes les idioties que les médias véhiculent aujourd’hui. La prudence est de mise, même si les véhicules électriques présentent quelques « agréments », ils ont aussi beaucoup de limitations dans leurs utilisations et cette transition à marche forcée impose d’être pragmatique. Beaucoup de ménages possèdent au moins deux véhicules, et il est logique de remplacer une petite citadine thermique par une petite citadine électrique ( mais surtout pas hybride) pour les déplacements quotidiens locaux ( courses, travail, école) et garder un véhicule thermique ( mais pas hybride non plus) pour les trajets longs et moins fréquents. On peut aussi s’interroger sur la mobilité des habitants des grandes villes bien desservies en transports en commun, qui ne possèdent pas de véhicule personnel et louent un véhicule pour les vacances ou les longs trajets occasionnels, et qui n’auront plus d’autre possibilité que de louer un VE si les récentes décisions de l’UE sont appliquées après 2035?
Bizarre, deux commentaires en attente de modération! J’ai dû employer des mots clés interdits?
En quoi est-ce à l’UE de se mêler de diriger l’évolution technique des véhicules ? Le résultat, on le voit, est totalement déconnecté de la réalité individuelle. Un exemple choquant : l’autonomie ne doit pas être calée sur la majorité des trajets, mais sur le « worst case scenario ». Il faut pouvoir se sortir sans trop de morts et de dégâts d’une catastrophe genre chute de neige la nuit du retour des vacances d’hiver. Et sans aller jusqu’à la catastrophe, il faut pouvoir aller à chaque vacances à sa résidence secondaire à 400km de son domicile sans faire appel à un coûteux service de logistique ni augmentation de son temps de trajet. Bureaucrates, arrêtez de nous pourrir la vie !
Tout à fait. C’est aux utilisateur à choisir, pas a l’état. Les VE ont des performances adaptées à certains usages, moins bien à d’autres. C’est l’utilisateur qui doit choisir.
vous avez parfaitement raison, l’UE n’a pas compris que le reste du monde (80%), continuera de fabriquer des véhicules thermiques ET que la Chine nous attends avec ses « propres » véhicules électriques en embuscade……à moins de 10 000 euros. L’UE est suicidaire. Ensuite on ne comprendra pas pourquoi on se désindustrialisera un peu plus…
Habitant en montagne je m’amuse régulièrement à constater sur un site (« automobile propre ») ou l’on peut estimer l’autonomie réelle, c’est à dire l’hiver avec chauffage… et surtout pour un trajet à dénivelé positif supérieur ou égal à 1000 mètres (bien entendu la consommation d’énergie est surtout liée à cela) que les autonomies actuelles sont insuffisantes.
Impossible d’aller à mon lieu de ski sans recharger…et pas 20 mn car 50 km en plaine cela fait 25 km en montagne…ne parlons pas du cas ou l’on tracte une remorque 🙄 !
Tant que l »on ne peut pas avoir une autonomie de l’ordre de 900 à 1000 km de plaine…c’est hors marché.
Notez que dans les publicités on nous « vend » la voiture électrique comme une « deuxième voiture » , pour les trajets adéquats, donc pas trop longs, mais à ne pas utiliser pour les cours trajets car l’on « doit » alors faire du vélo ou prendre les transports en commun (inexistants chez moi).
Juste délirant…
Le VE est parfaitement adapté pour ceux qui font entre 60 et 250Km par jour pour aller bosser. Vous rechargez chez vous la nuit ou/et au boulot. En dessous ou en dessus, c’est un VT qu’il faut. Celui qui cumule les deux peut taper dans l’hybride rechargeable, à voir…
Pour certains extras, notamment si on veut tracter une caravane sur 900Km, c’est clairement pas le bon choix…
Idem pour celui qui laisse la bagnole au garage. Je connais une retraitée qui sort jamais sa voiture qui est passée au VE: du gâchis total!
Le dénivelé n’est pas un gros problème car la sur-conso lors de la montée est récupérée lors de la descente qui arrive forcément ensuite. Le simulateur du site « automobile propre » semble avoir un gros problème car l’énergie potentielle d’une montée de 1000m pour 2 tonnes représente E=mgh = 5.5 Kwh brut à comparer avec par exemple la batterie d’une tesla model 3 qui fait 75Kwh. En tenant compte du rendement ça représente un gros 10% de perte d’autonomie si vous terminez par une ascension, pas guère plus.
Bien-sur, s’ils décident de faire une route pour monter au sommet de l’Everest, ça ferait juste, il faudra charger à bloc avant d’attaquer la montée!
Vous récupérez l’énergie à la descente…je n’arrive même pas au Lautaret !
Eh oui, imposer une technologie particulière pour des produits de grande consommation au prix à 5 chiffres, c’est une première.
Mais tant qu’on n’a pas essayé on n’est pas certain d’être capable d’échouer !
Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%
Toujours plus large, toujours plus long, toujours plus lourd. Tel pourrait être le credo des constructeurs automobiles pour nous acheminer des véhicules ne cessant de gagner autant en taille qu’en poids. Et ce pour des infrastructures qui, loin d’évoluer dans le même sens, iraient plutôt dans celui de la démobilité avec contraction des axes jusqu’à leur disparition pure et simple.
L’on pourrait même se demander s’il n’existe pas une règle universelle qui voudrait que plus les ralentisseurs et chicanes gagnent en taille, plus les véhicu… Poursuivre la lecture
Par Patrick Carroll.
Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n’êtes pas seul. Les prix de l’essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.
Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d’autres. L’impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.
Mais il existe de nombreux au… Poursuivre la lecture
Plus ça rate, plus ça a des chances de marcher. L’Allemagne fait sienne cette devise Shadock. En effet, Robert Habeck, ministre de l’Économie, de l’Énergie et du Climat, se répand dans la presse, comme par exemple dans cet article de La Tribune.
« Conscient de l’urgence de s’en défaire, (de la dépendance russe) le gouvernement ne compte cependant pas opérer de tournant majeur. Mais entend accélérer dans la stratégie d’Energiewende déjà entamée sur le territoire depuis près de vingt ans, qui consiste à investir abondamment dans les reno… Poursuivre la lecture
Vous avez déjà un compte?
Déjà membre avec nous? Connecter vous maintenant en entrant vos informations de connexion.
Créer un compte dès maintenant pour personaliser votre feed et plus encore!
Vous n’avez pas de compte?
Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

source

Laisser un commentaire