Ces projets ont été dévoilés par la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leïla Benali à la Chambre des conseillers (chambre haute du Parlement).
Elle a indiqué que son département a réalisé une étude sur la possibilité de recourir à l’énergie nucléaire pour permettre au Royaume de couvrir ses besoins en électricité. Cette option a déjà été recommandée et les résultats de l’étude seront présentés au Parlement cette année, a-t-elle déclaré.
« Le Maroc a investi dans les énergies solaire et éolienne, et il lorgne maintenant sur le nucléaire pour répondre à ses besoins en électricité… Nous avons besoin d’une décision nationale pour commencer à produire de l’électricité à partir de l’énergie nucléaire », a souligné Mme Benali.
En 2011, le gouvernement marocain a approuvé la création d’une agence pour assurer la sécurité des centrales nucléaires, ouvrant la voie à la construction de ses premiers réacteurs nucléaires.
L’année dernière, le Maroc a ouvert le premier Centre national de formation en sciences et technologies nucléaires dans le prolongement du Centre national de l’énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN) à Maamora.
Le nouveau centre vise à doter les scientifiques nucléaires marocains des compétences nécessaires pour être qualifiés pour une utilisation sûre et durable des techniques nucléaires.
Il vise également à renforcer les capacités régionales en Afrique dans le domaine des sciences nucléaires et des technologies connexes, dans le cadre de programmes de coopération internationale et régionale.
Au-delà de ces usages, et en sa qualité de coordinateur national des programmes de coopération technique avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, le Ministère s’attache à profiter de l’expérience de cette Agence pour favoriser l’utilisation de nouvelles applications nucléaire dans du Maroc. Dans ce contexte, le pays a élaboré un programme-cadre national, pour la période 2018-2023, dans le domaine des utilisations pacifiques des applications nucléaires, conformément aux priorités nationales basées sur les stratégies sectorielles pour la période 2030.
L’utilisation des applications nucléaires pacifiques au niveau national continue d’augmenter de façon spectaculaire dans divers secteurs économiques et sociaux. L’utilisation de ces applications à des fins médicales, industrielles, agricoles, de recherche, hydrologiques, minières et même dans le domaine de la surveillance de la sécurité s’est avérée très bénéfique au regard des possibilités qu’elle offre à ces secteurs socio-économiques.
Dans le domaine de la santé publique, les applications nucléaires sont utilisées dans le diagnostic radiologique nucléaire, la médecine nucléaire et la radiothérapie ;
Dans le domaine industriel, les applications nucléaires sont utilisées dans les appareils d’imagerie gamma, de mesure et de détection radiologique ;
Dans l’agriculture, les techniques nucléaires et isotopiques sont utilisées pour contribuer à la gestion durable des ressources naturelles, à l’évaluation de l’érosion et de l’efficacité des pratiques de conservation des sols, à l’utilisation efficace de l’eau d’irrigation et des engrais ainsi qu’à la sécurité alimentaire ;
Dans le domaine de la surveillance de sécurité lors des contrôles douaniers, ainsi que du contrôle des bagages.
Dans le domaine de l’enseignement et de la recherche scientifique, notamment dans les activités de recherche scientifique qui utilisent les rayons X, la diffraction, la spectrométrie, le générateur de rayons X et de nombreuses sources radioactives de faible activité.
Dans le domaine de l’eau à travers des programmes de recherche et d’étude liés aux ressources en eau. Ces techniques d’hydrologie radio-isotopique renseignent sur l’âge de l’eau (renouvelable ou fossile), les mécanismes de remplissage et la circulation des nappes phréatiques, l’origine de la salinité des nappes phréatiques, l’efficacité du remplissage, eaux souterraines artificielles, la qualité de l’eau et l’origine des sources de pollution. Il est à noter qu’au cours des 20 dernières années, les principaux aquifères nationaux ont été caractérisés par des méthodes isotopiques.
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

source

Laisser un commentaire