Signée par le ministre de la justice Abdellatif Ouahbi et la ministre de la Transition énergétique et du développement durable, Leila Benali, cette convention se fixe pour objectif de promouvoir le niveau de l’efficacité énergétique au sein des structures et bâtiments du département de la Justice, en veillant notamment à l’adoption de solutions durables et à la rationalisation de la consommation énergétique.
Elle vise également à réduire le budget de la consommation énergétique, à sensibiliser les fonctionnaires à la gestion et à l’utilisation optimales des divers équipements et à tenir des sessions de formations continue au profit de cadres techniques en vue de soutenir une telle dynamique.
A cette occasion, M. Ouahbi a souligné l’importance du chantier de la transition énergétique au Maroc, qui bénéficie d’une attention royale toute particulière, exprimant la détermination du ministère de la Justice à s’inscrire dans cette dynamique de développement durable.
Le responsable gouvernemental a relevé que la convention signée incarne la volonté du ministère de développer davantage l’efficacité énergétique par le biais de solutions et de mesures à même de réduire le coût de la consommation énergétique, de garantir des services de qualité au profit des usagers ou encore de renforcer les capacités des salariés dans le domaine de la gestion des équipements.
Il n’a pas manqué de saluer les efforts déployés par les fonctionnaires du ministère en matière d’économie d’énergie et d’optimisation de la consommation énergétique, tout en espérant que cette convention constituer un modèle de coopération pour les autres départements, ainsi que pour les collectivités territoriales et les établissements publics.
Pour sa part, Mme Benali a mis l’accent sur l’ambition du Royaume visant à consolider son expérience et son expertise en matière de transformation énergétique, soulignant que cette convention s’inscrit dans le cadre des Hautes directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, visant à faire de l’administration publique un modèle de gestion durable des énergies renouvelables.
Elle a dans ce sens souligné la nécessité d’exploiter les potentiels de la transformation d’énergie pour la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie fondée sur le professionnalisme et la rationalisation de l’effort d’exploitation, en tant que secteur tourné vers l’avenir.
Cette convention cadre prévoit divers projets ambitieux, parmi lesquels figurent l’utilisation de l’énergie solaire pour la production de l’électricité ainsi que la mise à niveau et l’adaptation des réseaux d’électricité.



*

code





ILS médias société éditrice de EcoActu et Le Manager©




source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :